En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour l'amélioration de votre expérience utilisateur
Présentation
Le projet Compru in Corsu

Le projet « Compru in Corsu » est né d’un constat partagé concernant la langue corse ainsi que d’une volonté commune de changer les choses.

 

Le constat

La moitié des langues parlées aujourd’hui vont disparaître avant la fin du siècle et pour l'UNESCO la langue corse fait partie des langues en danger de disparition. Si les Corses disent être attachés à leur langue (90% souhaitent voire émerger une société bilingue), son déclin paraît inexorable (la transmission familiale touche seulement 3% des Corses, d'après une enquête de la Collectivité Territoriale de Corse).

 

Comment changer les choses ?

Si la sauvegarde d'une langue doit passer par l'école, la famille et les médias, elle doit le faire aussi par l'économie. Aujourd’hui, la population corsophone n’a pas de socle commun, elle n’a pas réellement conscience qu’elle constitue une communauté unie par une même langue et donc par une identité commune. Donner aux corsophones un outil leur permettant de se solidariser et d’avancer ensemble : c’est l’un des objectifs principaux du réseau « Compru in Corsu ». Comment développer cette conscience collective ? À travers, notamment, une offre basée sur les relations commerciales. 

 

Comment utiliser le tissu économique pour favoriser la diffusion et l’utilisation de la langue corse ?

L’idée est de se baser sur le concept simple d’offre et de demande.
Il existe un besoin et une demande latente de corsophonie au sein de la société corse. 
Il faut proposer aux Corses une offre capable de répondre à leurs attentes. Cette démarche est nécessaire et bénéficiera sans aucun doute à l’ensemble des professionnels corsophones de l’île.


« Compru in Corsu » soutiendra économiquement, à travers un processus de promotion et de mise en valeur, les commerces, entreprises ou professions libérales faisant le choix de l’utilisation de la langue corse (usage du corse dans l’activité, personnel et signalétique bilingue...).
Le projet fera de cette caractéristique un critère de sélection pour le consommateur corse qui exprime de fortes attentes en matière de bilinguisme.


Ainsi, les entreprises corsophones seront en mesure de gagner des parts de marché sur celles non-corsophones : la langue corse n’est plus simplement une compétence individuelle, elle devient un vecteur de développement économique.
Ce cercle vertueux au service du consommateur et du professionnel corsophone produira sans aucun doute une externalité positive sur la pratique de la langue corse.

• Le client aura à sa disposition un catalogue précis, détaillé et constamment mis à jour de toutes les entreprises, commerces, associations ou professions libérales corsophones ou faisant la promotion de la langue corse. Il s’agit là d’un service inédit, novateur qui répond à une demande.

• Le professionnel référencé dans ce catalogue verra son activité mise en lumière, bénéficiera d’une meilleure visibilité, d’une publicité importante et d’une distinction par rapport aux autres commerces non-corsophones, pour ainsi acquérir des parts de marché supplémentaires et développer plus rapidement son activité économique.

• Enfin, cette émulation est profitable à la pratique et à la démocratisation de la langue corse, devenu vecteur de flux économiques et critère de qualité dans le choix d’une prestation. Elle se place pour la première fois au centre des préoccupations et s’impose comme un élément de choix : le corse n’est plus simplement « a lingua di u core » , elle devient « a lingua di u pane », attribut réservé jusqu’ici à la langue française.

• Autre élément à prendre en compte : le gain des parts de marché des entreprises corsophones par rapport aux non-corsophones incitera les employeurs à embaucher, à compétences égales, des corsophones. La langue corse devient donc un atout pour trouver un emploi ! Prouver aux jeunes et à leurs parents que le corse est un atout pour leur insertion professionnelle leur donnera envie de le lire, de l’apprendre et de le parler.